My Photo

ABOUT YOUR HOST

TRACK MY BLOG





  • Subscribe myblog by email


SEARCH IPHONE APPS

Stats



  • web tracker


  • Clicky Web Analytics

Copyrights



  • the mp3 and audio files you will listen on my blog are self produced.

  • Creative Commons License
    This work is licensed under a Creative Commons License.

« My "new web" session at the Executive MBA of the Technion | Main | Don't Like "Web2.0" expression? ok but Why? (poll) »

20 July 2006

Comments

Alain

Amos Oz (Le Figaro) :

À de nombreuses reprises dans le passé, le Mouvement israélien pour la Paix a critiqué les opérations militaires israéliennes. Pas cette fois. Cette fois, la bataille ne relève pas de l'expansion d'Israël et de la colonisation. Aucun territoire libanais n'est occupé par Israël. Il n'existe aucun contentieux territorial bilatéral. Mercredi dernier, sans être provoqué, le Hezbollah a lancé une violente attaque en territoire israélien. Il s'agissait aussi, en réalité, d'une attaque contre l'autorité et l'intégrité du gouvernement libanais, puisque le Hezbollah, en attaquant Israël, a pris en otage la capacité de ce gouvernement de contrôler son propre territoire et de décider de la paix ou de la guerre.

Le Mouvement israélien pour la Paix s'oppose à l'occupation et à la colonisation de la Cisjordanie. Il s'était opposé à l'invasion du Liban, en 1982, parce que cette invasion visait à détourner l'attention du monde du problème palestinien. Cette fois, Israël n'envahit pas le Liban. Il se défend contre un harcèlement quotidien et le bombardement de dizaines de nos villes et de nos villages, en tentant d'écraser le Hezbollah partout où il est en activité.

Le Mouvement israélien pour la Paix se doit de soutenir purement et simplement cette tentative d'autodéfense d'Israël, aussi longtemps que cette opération s'en prend surtout au Hezbollah et s'efforce, autant que possible, d'épargner les civils libanais (une tâche pas toujours facile puisque les lanceurs de missiles du Hezbollah se servent trop souvent des civils libanais comme d'autant de [boucliers] humains).

Les missiles du Hezbollah sont fournis par l'Iran et la Syrie, deux ennemis jurés de toutes les initiatives de paix au Moyen-Orient. Il ne peut y avoir aucune symétrie morale entre le Hezbollah et Israël. Le Hezbollah vise les civils israéliens, où qu'ils soient, alors qu'Israël vise principalement le Hezbollah.

Les ombres obscures de l'Iran, de la Syrie et de l'islam fanatique planent au-dessus des villes et des villages en feu de part et d'autre de la frontière israélo-libanaise. Ces ombres noires, dans le même temps, [oblitèrent] la société civile libanaise, qui s'était libérée, il y a peu, par une lutte héroïque, d'une longue colonisation syrienne.

La vraie bataille qui se livre ces jours-ci n'oppose pas du tout Beyrouth à Haïfa. C'est une bataille entre, d'un côté, une coalition de nations – Israël, le Liban, l'Égypte et l'Arabie saoudite – qui cherchent la paix, et l'islam fanatique encouragé par l'Iran et la Syrie, de l'autre.

Si, comme nous l'espérons tous, colombes et faucons israéliens réunis, le Hezbollah est vaincu rapidement, Israël et le Liban seront tous les deux gagnants. Plus encore, la défaite d'une organisation terroriste militante est de nature à doper considérablement les chances de la paix dans la région.

Amos Oz

© Le Figaro

Michael

Intel Haïfa : Travailler depuis les abris grâce à la technologie WiFi
jul
20
Par Michael Amsellem


L’industrie High Tech de Haïfa doit trouver des solutions pour travailler avec les menaces permanentes de missiles.

Le personnel du centre de recherche d’Intel à Haïfa a été forcé de se ranger dans les abris suite aux alertes de missiles, mais ces conditions particulières ne les empêchent pas de travailler, ceci grâce aux connections sans fils souterraines.

Le centre R&D du géant Intel à Haïfa notamment à l’origine des processeurs spécialisés pour les technologies sans fils Centrino, a équipé ses abris sous terrain de réseaux sans fils Wifi. affirme Kobi Bashar, le porte parole d’Intel Israël.

Pas moins de 2.400 personnes travaillent pour Intel dans la troisième plus grande ville d’Israël, à 35 kilomètres au sud de la frontière libanaise.

“Ceux qui travaillent depuis la maison ont des ordinateurs portables avec des connections sans fils, ainsi il n’y a aucun problème de connectivité,”dit-il. “Le travail continue, et nous n’y voyons aucune incidence sur la production.”

Jamais le slogan d’Intel Centrino n’aura été aussi pertinent, Intel Centrino : Une liberté de mouvement qui vous change la vie.-

John

For those who support Zapatero :

In Spain, anti-Semitism is new leftist trend

Spanish Jews knew there were hard times ahead. Prime Minister Zapatero has not disappointed them
Ignacio Russell Cano

Madrid: Jose Luis Rodriguez Zapatero, Prime Minister of Spain and Secretary General of the Socialist Party, arrived to power at a time nobody expected, not even inside the Party.

Keen on populist tirades against the United States "Dickhead Bush" and "Ketchup Queen Kerry", his whole campaign did not bring much attention until the moment Al-Qaeda decided to blow up Madrid trains, killing almost 200 people and bringing to an end Spain's membership of the West.

From that moment on, everybody knew nothing would be the same, and Spanish Jews knew there were hard times ahead. Prime Minister Zapatero has not disappointed them.

'Understand Nazis'

Although many experts had foretold of the imminent disappearing of European Jews, nobody expected such a virulent explosion of anti-Semitism in Spain, not even under a Leftist government.

The first signal came on Monday, 5 December, when during a dinner with the Benarroch family, Zapatero and wife began claiming what Vidal Quadras, member of the European Parliament, described on the radio as "a tirade of anti-Zionism and anti-Semitism".

By the moment the Benarroch couple had left the table to express their regrets, Zapatero was explaining his lack of surprise about the Holocaust: according to the people present, Zapatero claimed to understand the Nazis.

What about Hizbullah?

Closing Hizbullah TV was another mission impossible for the man who understands the Nazis. It took more than a year to definitely close the channel connection to the Hispasat satellite, siphoning Latin America with more than a year of hate and Islamist propaganda.

In a country with the most anti-Catholic government in its whole history but with a multicultural obsession for Islam, A-Manar TV was part of the 'freedom of press.'

The recent clashes with Hizbullah, however, have promoted the longest and hardest diatribes against Israel, forcing Zapatero to loose a cover for what it was long known in Spanish politics: His hate towards Israel, Jews and Zionism.

In the third day of such rants, before a gathering of the Socialist Youth Movement and a day before a demonstration against Israel, Zapatero showed at last his true colours: At the closing of the meeting he let the teenagers take pictures of him wearing a Palestinian kaffiyah.


Zapatero wearing the kaffiyah (Photo: AP)

Although according to Zapatero, Hizbullah and Israel are the same thing, he offers no words of condemnation for the Party of Allah, spending 100 percent of the time explaining, in a rather twisted way, that Israel should let Hizbullah kill Israelis.

Much of the theory belongs to controversial Spanish FM Miguel Angel Moratinos. EU envoy to the Middle East before and sinking in rumours of links to Hamas long before he left, Moratinos arrived to the foreign ministry cleaning the Elcano Institute up, firing the most prestigious experts and bringing in a group of friends of the oppression theory.

Since then, amid support for Castro and Chavez and mysterious support to Bolivia in order to bring Evo Morales to power, the Spanish FM has proved he has nothing to envy in terms of anti-Americanism, but nobody ever expected an explosion of anti-Semitism in Spain this big. It seems once more that the Jews are the canary in the mine, and the United States should take note.

Jews pay the price

The commotion caused in the Spanish Jewish community seems to be huge, especially taking in count that after some months of anxiety after his election, some Jews were feeling somewhat safe in Spain. Not anymore.

Some people were trying to alert the international community about what was boiling in Spain, but neither the OSCE nor the EUMC ever listened, preferring contacts with anti-Israeli NGOs based on the idea that anti-Semitism has to do with Arabs. Now the Spanish Jews are to pay the price for the international community's inaction, once more.


If the United States does not want to see the American embassy in Madrid full of Jews fleeing Spain, President Bush will do well in isolating Spain in the international arena while pressing, and asking European members to press, the new Socialist government of Spain. The American Rep's belonging to Moratino's Caucus of Friends of Spain should be reminded its elections time too.

The Sepharad story is clearly over, but nobody expected it would be by accident. If you are thinking about visiting Spain, think it twice. You may not leave easily.

Ynet
(07.20.06, 14:21)

orel

Here is a short Q&A in French found in "Courrier International" about the conflict to answer to a bunch of "innocent" question.

Enjoy the expression about the "aventurism of the Hizbollah" to evoke their action.

http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=64773


Since no one is impartial, all question about this subjects should always be answered twice (1 from both side) to let the own analyst top the reader.
So, i wait 4 ur podcast with an Libanese who would like to exchange point of view with you.

John

Orel,

It is not a conflict between Israel and Lebanon but a conflict between Israel/moderate Arabs/Western World and Hezbollah/Hamas/Syria/Iran axis of evil.

Many Lebanese in Lebanon understand Israel'actions and some support it because they want to get rid of the Hezbollah.If the Hezbollah is significanly weakened , there is a good chance that Lebanon will finally applied UN security Council resolution that demands the deployment of Lebanon army in South Lebanon.

Being impartial in this conflict is nonsense since it is not a conflict between Israel and Lebanon.
Furthemore , impartiality is not justice.Justice stands with Israel in that case.
Finally ,Lebabon is a very divided country where you will find Christians , Shiites who hate each other .Most Christians and some Muslims will tell you that they agree and understand Israel.
in Israel , on this specific , case , virtually everyone supports the self defense operations that Israel is taking.
There are no comparisons possible.

alain

Si vous avez un cœur sensible ne lisez pas cette lettre


À travers les époques nous avons combattu les terroristes du monde entier, pour que la paix règne sur un petit peuple qui veut vivre en paix seul sur la terre.
Un petit peuple victime des terroristes, les sales arabes qui ne savent que tuer, tuer, tuer….Car on ne leurs apprend à l’école que comment tuer les autres.
Le petit peuple, lui restera à jamais le peuple élu de Dieu, les autres ne sont que des bêtes à tuer sans Mercie.
Tuons leurs enfants, massacrons leurs vieux, et détruisons leurs maisons. Chassons les de nos terres, parce que ces bêtes n’ont pas le droit d’exister.

Mais, comment faire ? L’Iran leurs donne des armes ? Certes, des armes traditionnelles mais ça tue quand même nos moutons et nos vaches. Et ça brûle nos récoltes. Il faut les exterminer tous.
Au secours nos amis ! Au secours !
donnez nous des armes , nous n’ en avons rien, même pour nous défendre, nous n’avons que des couteaux pour égorger les moutons, seulement ceux qui ne veulent pas suivre le troupeau, ceux qui veulent faire ce qui leur plait.
Au secours ! Au secours nos amis !
Donnez nous des armes, pour faire de ces bêtes une viande hachée sur le dîner de Bush.
Et leurs enfants, vous en faites quoi ? Les bêtes sont des bêtes, ils n’ont pas d’enfants, ils ont des bombes (explosion démographique), des missiles (la pierre).

J’ajoute : quand nous tuons c’est pour répondre à une passion, c’est notre sport le plus préféré : la chasse, nous chassons pour les chasser ailleurs, loin de notre terre promise.
Ne faites pas des photocopies de cette lettre, elle est protégée par les droits d’auteurs, auteurs de crimes contre l’humanité.

Alain

'Disproportionné' dans quel monde moral ? Par Ch. Krauthammer

28 juillet 2006

Original anglais : " 'Disproportionate' in What Moral Universe ? ".


Existe-t-il un pays qui ait été attaqué par un autre sans provocation de sa part, et en violation d’une frontière internationale, auquel le monde impose ensuite un compte à rebours et accorde un laps de temps limité pour répliquer militairement, sans se soucier de savoir s’il a rétabli sa sécurité ?

Existe-t-il un pays dont les villes subissent 1500 attaques aveugles de missiles – toutes conçues pour tuer estropier et terroriser des civils – et qui est ensuite dénigré par le monde quand il tente de détruire l’infrastructure et les places fortes de son ennemi avec des bombes guidées de haute précision, qui ont parfois pour conséquence, non voulue mais inévitable, de causer des souffrances et des décès collatéraux ?

Entendre le monde juger de la guerre qui fait rage entre Israël et le Hezbollah, c’est vivre dans un monde moral orwellien. A quelques exceptions significatives près (les dirigeants des Etats-Unis, de Grande-Bretagne, d’Australie, du Canada et très peu d’autres), le monde ([c’est-à-dire] les gouvernements, les médias, les fonctionnaires des Nations unies) a perdu tout sens de comportement moral.

Le mot qui balaie toute réflexion et transforme magiquement la victime en agresseur est "disproportionné", comme « la réaction israélienne disproportionnée », universellement décriée.

Quand les Etats-Unis ont été attaqués à Pearl Harbor, ils n’ont pas réagi par une attaque "proportionnée" contre une base navale japonaise. Ils ont lancé une campagne de quatre années, qui a tué des millions de Japonais, réduit en cendres Tokyo, Hiroshima et Nagasaki, et transformé l’archipel japonais en ruines et gravats.

Disproportionné ? Non. Quand on est l’objet de l’attaque arbitraire d’un agresseur, on a le droit – légal et moral – de mener le combat jusqu’à ce que l’agresseur soit désarmé et tellement handicapé qu’il ne puisse plus menacer la sécurité de qui que ce soit. C’est ce qui s’est passé avec le Japon.

La Grande-Bretagne n’a jamais été envahie par l’Allemagne durant la Seconde Guerre mondiale. A-t-elle réagi au Blitz, aux fusées V1 et V2 par un bombardement proportionnel de l’Allemagne. Bien sûr que non. Churchill mit alors en œuvre la plus grande campagne aérienne et la plus vaste invasion terrestre de l’histoire, qui écrasa et détruisit totalement l’Allemagne, tuant, du même coup, un nombre énorme de femmes et d’enfants allemands innocents.

La perversité du tollé international d’aujourd’hui réside en ce qu’il y a effectivement une disproportion dans cette guerre, une asymétrie morale radicale entre le Hezbollah et Israël : le Hezbollah s’efforce délibérément de causer des victimes civiles dans les deux camps, alors qu’Israël s’efforce délibérément de faire un minimum de victimes civiles, des deux côtés également.

Dans ce qui est peut-être la plus flagrante campagne de terreur aérienne depuis le Blitz de Londres, le Hezbollah fait pleuvoir des missiles sur les villes et les villages israéliens. Ces missiles contiennent des billes d’acier capables de percer des carrosseries d’automobiles et de déchiqueter des corps humains. Ils ont pour but de tuer et de mutiler. Et c’est ce qu’ils font.

Mais c’est une campagne à double portée. Il faut que des Israéliens innocents meurent afin qu’Israël soit terrorisé. Mais il faut que des Libanais meurent aussi pour qu’Israël soit diabolisé. C’est pourquoi le Hezbollah dissimule ses missiles, ses lanceurs et toute son infrastructure militaire au milieu des civils. Utiliser des boucliers humains est un crime de guerre. C’est aussi une spécialité du Hezbollah.

Mercredi [26 juillet], les caméras de CNN montraient les destructions à Tyr. Qu’a donc Israël contre Tyr et ses habitants ? Rien. Mais les missiles à longue portée du Hezbollah, qui ont semé la terreur dans Haïfa, se trouvent à Tyr. Que doit faire Israël ? Laisser intactes les aires de lancement qui sont délibérément situées dans des agglomérations ?

Si Israël avait voulu détruire l’infrastructure civile libanaise [comme on l’en accuse], il aurait coupé l’électricité à Beyrouth dès la première heure de la guerre, détruisant les lignes à haute tension qui ont coûté des milliards de dollars, ramenant ainsi le Liban plus de vingt années en arrière. Israël ne l’a pas fait. Au lieu de cela, il a attaqué des infrastructures à double usage – des ponts, des routes, des pistes d’aéroport – et il imposé un blocus aux ports libanais pour empêcher l’arrivée de renforts et de munitions. Des dizaines de milliers de fusées Katiouchas, c’était déjà assez : Israël n’allait pas permettre au Hezbollah d’en recevoir 10.000 de plus.

La riposte d’Israël contre le Hezbollah a consisté à utiliser l’armement le plus précis et le plus efficace possibles. Israël n’a aucun intérêt à tuer des civils libanais et ne le veut pas. Quelqu’un se figure-t-il qu’il n’aurait pas pu écraser le sud-Liban, sans parler de Beyrouth ? Au lieu de cela, dans la dure bataille qu’il mène contre le Hezbollah au Liban-sud, Israël a, à plusieurs reprises, lancé des tracts, diffusé des avertissements, envoyé des textes par radio et même par téléphone invitant les villageois libanais à évacuer les lieux pour ne pas être atteints.

Israël sait que ces tracts et avertissements donnent aux combattants du Hezbollah le temps de fuir et de se regrouper. L’avertissement préalable concernant l’endroit où aurait lieu la prochaine attaque a permis au Hezbollah de tendre des embuscades. Résultat : un taux exceptionnellement élevé de victimes dans l’infanterie israélienne. Le scrupule moral se paie dans le sang. Des soldats israéliens meurent pour que tel ne soit pas le sort de civils libanais.

Et qui la communauté internationale condamne-t-elle de ne tenir aucun compte de la vie des civils ?

Charles Krauthammer *

Alain

La reaction de alain l'antisemite
ressemble a la reaction de nombreux Europeens qui accusaient les juifs d'etres a l'origine de
la deuxieme guerre mondiale.Elle
ressemble aussi aux negateurs de la Shoah qui pretendent qu'a Auschwitz on n'a gaze que des poux.
Lui il pretend que l'Iran et leurs amis islamistes ne tuent que des vaches et des moutons.

Alain

Le Monde "La guerre vue d'Israël' par Bernard Henri Levy
29 juillet

Le Monde


“Cela fait soixante-dix ans, jour pour jour, qu’eut lieu le putsch des généraux qui donna le coup d’envoi à la guerre civile, idéologique et internationale voulue par le fascisme de l’époque.

Et je ne peux pas ne pas y penser, je ne peux pas ne pas faire le rapprochement, tandis que j’atterris à Tel-Aviv. La Syrie dans la coulisse… L’Iran d’Ahmadinejad à la manœuvre… Ce Hezbollah dont chacun sait qu’il est un petit Iran, ou un petit tyran, qui n’a pas hésité à prendre en otage le Liban… Et puis, en fond de décor, ce fascisme à visage islamiste, ce troisième fascisme, dont tout indique qu’il est à notre génération ce que furent l’autre fascisme, puis le totalitarisme communiste, à celle de nos aînés…

Dès mon arrivée, oui, dès les premiers contacts avec les vieux amis que je n’avais, depuis 1967, jamais vus si tendus ni si anxieux, dès ma première conversation avec Denis Charbit, militant du camp de la paix qui ne doute pas de la légitimité de cette guerre d’autodéfense imposée à son pays, dès mon premier entretien avec Tzipi Livni, la jeune et brillante ministre des affaires étrangères qui contribua si puissamment à convaincre Ariel Sharon d’évacuer Gaza et que je trouve, là, tout à coup, étrangement désemparée face à cette géopolitique nouvelle et à bien des égards indéchiffrable pour les entendements formés aux catégories répertoriées du conflit “israélo-arabe” traditionnel, je sens que quelque chose de nouveau, d’inédit dans l’histoire des guerres d’Israël, est en train de se jouer. Comme si l’on n’était plus très sûr, justement, d’être dans le seul cadre d’Israël. Comme si le contexte international, le jeu de cache-cache entre acteurs visibles et invisibles, le rôle, encore une fois, de l’Iran et de son bras armé Hezbollah donnaient à toute l’affaire un parfum et des perspectives inédits.

Tout de suite, avant de monter vers le front nord, direction Sderot, la ville martyre de Sderot, à la frontière de Gaza et en guerre, elle, avec les alliés Hamas du Hezbollah. Eh oui, la ville martyre. Les informations qui nous parviennent du Liban sont si terribles, l’idée même des victimes civiles libanaises est si insupportable à la conscience et au cœur, le cadrage, le passage et repassage en boucle, des images du sud de Beyrouth bombardé sont devenus si parfaitement systématiques qu’il est difficile d’imaginer, je le sais, qu’une ville israélienne aussi puisse être une ville martyre. Et pourtant… ces rues vides… ces maisons éventrées ou criblées d’éclats d’obus… cette montagne de roquettes déchiquetées que l’on a entreposées dans la cour du commissariat central et qui sont tombées dans les dernières semaines… Aujourd’hui même, cette pluie de nouveaux engins qui s’est abattue sur le centre-ville et a obligé les audacieux qui entendaient profiter de la brise d’été à redescendre dans les caves… Et puis, pieusement épinglées sur un panneau de crêpe noir dans le bureau du maire, Eli Moyal, ces photos de quinze jeunes gens, parfois des enfants, qui sont morts sous le feu des artificiers palestiniens…

Ceci n’efface évidemment pas cela. Et ce n’est pas moi qui jouerai au sale petit jeu de la comptabilité des cadavres. Mais pourquoi ce que l’on doit aux uns ne serait-il pas dû aux autres ? D’où vient que l’on parle si peu, finalement, de ces victimes juives tombées après qu’Israël s’est retiré de Gaza ? Pour moi qui ai passé ma vie à lutter contre l’idée qu’il y aurait des bons et des mauvais morts, des victimes suspectes et des obus privilégiés, pour moi qui, de surcroît, plaide depuis toujours pour que l’Etat hébreu sorte des territoires occupés afin d’obtenir, en échange, la sécurité et la paix, il y a là une question de probité, d’équité, dans le jugement : la dévastation, la mort, la vie dans les abris, les existences brisées par la mort d’un enfant, sont aussi le lot d’Israël.

Haïfa. Ma ville préférée en Israël. La grande ville cosmopolite où Juifs et Arabes cohabitent depuis la fondation du pays. Elle aussi, une ville morte. Elle aussi, une ville fantôme. Et, là aussi, des hauteurs arborées du mont Carmel à la mer, le hurlement des sirènes qui, à intervalle presque régulier, oblige les rares voitures à s’arrêter, les derniers passants à se ruer dans les bouches de métro et qui, surtout, surtout, rend d’un seul coup palpable le cauchemar des Israéliens depuis quarante ans. Car le problème, me dit en substance Zivit Seri, cette jolie mère de famille, toute menue, dont les gestes maladroits, sans défense, m’émeuvent comme m’émouvaient les corps de Sarajevo, le problème, m’explique-t-elle tandis qu’elle me guide parmi les immeubles détruits de Bat Galim, littéralement “la fille des vagues”, qui est le quartier de la ville qui a le plus souffert des bombardements du Hezbollah, le problème, donc, ce ne sont pas seulement les tués – Israël a l’habitude. Ce n’est même pas le fait que l’on vise ici non des objectifs militaires, mais des cibles délibérément civiles – cela aussi, nous le savions.

Non, le problème, le vrai, c’est que ces bombardements font entrevoir ce qui se passera le jour, plus forcément très lointain, où les mêmes têtes de missile auront le double pouvoir : primo de viser encore plus juste et d’atteindre, par exemple, les installations pétrochimiques que vous voyez là, sur le port, en contrebas ; secundo, d’être elles-mêmes équipées d’armes chimiques semant une désolation à côté de laquelle Tchernobyl et le 11-Septembre réunis feront figure d’aimable prélude… Car telle est, en effet, la situation. Tels sont, vus d’Haïfa, les enjeux de l’opération en cours. Israël n’est pas entré en guerre parce qu’on avait juste “violé” sa frontière. Il n’a pas lancé ses avions sur le Liban sud pour le seul plaisir de “punir” un pays qui a permis à une milice armée de bâtir son Etat dans l’Etat. Il a réagi avec cette vigueur parce que la simultanéité des attaques sur ses villes et des déclarations du président iranien appelant à le rayer de la carte, la conjonction, pour la première fois dans une même main, d’une volonté annihilatrice et des armes qui vont avec, créait une situation nouvelle. Il faut entendre les Israéliens lorsqu’ils nous disent qu’ils n’avaient plus le choix. Il faut entendre Zivit Seri expliquer, devant un immeuble crevé par un obus et dont les dalles de béton se balancent au bout de leur ferraille tordue, qu’il était minuit moins cinq, dans le siècle, en Israël.

Il faut entendre aussi la tristesse de Cheikh Mohammad Charif Ouda, le chef de la petite communauté hamadi, dont la famille vit ici depuis six générations et qui me reçoit chez lui, sur les hauteurs du quartier de Khababir, revêtu d’un shalwar kamiz et d’un turban à la mode pakistanaise. La grande faute du Hezbollah, pour lui comme pour tous les citoyens de cette ville, est, certes, de frapper indistinctement. Elle est de tuer à l’aveugle, Juifs et Arabes mêlés, comme dans le massacre de la gare centrale de Haïfa qui a fait huit morts et vingt blessés. Elle est de faire régner un climat de terreur, donc d’inquiétude de chaque instant, qui, là encore, et toutes proportions gardées, me rappelle la façon qu’avaient les Sarajéviens de spéculer à perte de vue sur le fait qu’il s’en est fallu d’un cheveu, d’un hasard, d’un changement de programme de dernière minute, d’un rendez-vous qui s’est prolongé, ou qui s’est abrégé, ou qui a miraculeusement changé de lieu – et voilà, ils se trouvaient au point d’impact de la roquette !

La faute, donc, est là. Mais elle est aussi, insiste-t-il, dans le grand bond en arrière qu’il impose à tout le Proche-Orient en réévacuant, comme il le fait, la question palestinienne… Car Cheikh Mohammad Charif Ouda a raison. Si indifférents qu’ils fussent, dans le fond, au sort des habitants de Gaza et Ramallah, au moins les dirigeants arabes traditionnels faisaient-ils encore semblant. Alors que Nasrallah, lui, ne se donne même plus cette peine. La souffrance et les droits des Palestiniens ne sont plus, dans sa géopolitique intime, ni un litige ni un alibi. Et il suffit de lire sa littérature et la charte de son mouvement, il suffit d’écouter les communiqués assassins donnés à la chaîne Al-Manar, pour voir que, tout à son rêve d’une Oumma réconciliée dont l’Iran serait la base, la Syrie le bras armé et le Hezbollah la pointe avancée, il n’a strictement plus rien à faire de cette survivance des âges anciens qu’est le nationalisme arabe en général et palestinien en particulier. Reste la haine nue. La guerre sans but de guerre. Restent trois laissés-pour-compte de ce djihad version persane dont la guerre actuelle donne le coup d’envoi : Israël, le Liban et, donc, la Palestine.

Roquettes encore. J’ai quitté Haïfa pour Saint-Jean d’Acre puis, le long de la frontière libanaise, pour cette succession de villages, kibboutz et autres moshavs qui vivent, depuis dix jours, sous les tirs – et c’est un véritable déluge de feu, pour ne pas dire un orage d’acier, qui tombe, aujourd’hui, sur les paysages de haute Galilée. “Je n’ai jamais bien su ce qu’il fallait faire dans ces cas-là, me dit, en se forçant à rire, le lieutenant-colonel Olivier Rafovitch, tandis que nous approchons d’Avivim et que le bruit des explosions semble lui aussi se rapprocher. On a tendance à accélérer, n’est-ce pas… On a tendance à penser que la seule chose à faire est de s’éloigner au plus vite de cet enfer… Mais c’est idiot, quand on y pense. Car qui sait si ce n’est pas justement en accélérant que l’on va à la rencontre, etc. ?” Moyennant quoi nous accélérons tout de même. Nous traversons en trombe un village druze désert. Puis un gros bourg agricole dont je n’ai pas le temps de noter le nom – peut-être Sasa – et qui a été évacué. Puis une zone complètement découverte où une katioucha vient de défoncer la chaussée. C’est fou ce que ces engins, quand on les voit de près, créent de dégâts. Et c’est fou le boucan qu’ils peuvent faire quand on ne dit plus rien et que l’on guette juste le bruit de leur trajectoire mêlé à celui du moteur de la voiture – choc sourd et sans fumée de la roquette tombée au loin ; détonation stridente, énervée, quand elle passe au-dessus des têtes ; vibration longue, tenue comme un point d’orgue, quand elle éclate à proximité et fait tout trembler autour de vous… Peut-être, d’ailleurs, ne faudrait-il plus dire “roquette”. En anglais, je ne sais pas. Mais en français ou, plutôt, en franglais il y a, dans le mot même, quelque chose qui, mine de rien, réduit automatiquement la chose et implique une vision biaisée, mensongère, de cette guerre. On dit salade de roquette… Ou croquette pour les chiens… Ou roquet justement, petit chien plus bruyant que méchant, qui vous mordille les mollets et qui aurait, face à lui, le méchant molosse israélien… Alors, pourquoi ne pas dire obus ? ou missile ? Pourquoi ne pas rendre, en utilisant le juste mot, toute sa dimension de violence barbare à cette guerre voulue par les Iranosaures du Hezbollah et par eux seuls ? Politique des mots. Géopolitique de la métaphore. La sémantique, dans cette région, est plus que jamais une affaire de morale.

Les Israéliens ne sont pas des saints. Et ils sont évidemment capables, en situation de guerre, d’opérations, manipulations, dénégations machiavéliques. Cette guerre-ci, pourtant, il y a un signe qui indique qu’ils ne l’ont pas voulue et qu’elle leur est tombée dessus comme un mauvais destin. Et ce signe c’est le choix, au poste de ministre de la défense, de l’ancien militant de La paix maintenant, acquis depuis toujours à la cause du compromis avec les Palestiniens, patron de la centrale syndicale Histadrout et bien mieux préparé, en principe, à faire des grèves qu’à faire la guerre – Amir Peretz. “Je n’ai pas dormi de la nuit, commence-t-il, très pâle, les yeux rougis, dans le petit bureau où il nous reçoit, avec l’éditorialiste de Haaretz, Daniel Ben Simon, et qui n’est pas au ministère mais au siège du Parti travailliste. Je n’ai pas dormi parce que j’ai passé la nuit à attendre des nouvelles d’une unité de nos garçons tombés, hier après-midi, dans une embuscade, en secteur libanais…” Puis, après qu’un jeune aide de camp aux allures, lui aussi, de militant syndical lui eut tendu puis repris un téléphone de campagne où il a reçu, sans un mot, les yeux baissés, sa grosse moustache tremblant d’une émotion mal contenue, les nouvelles qu’il attendait : “Ne diffusez pas tout de suite, s’il vous plaît, car les familles ne sont pas encore au courant – mais trois d’entre eux sont morts et nous sommes sans nouvelles du quatrième, c’est terrible…”

J’ai connu, depuis quarante ans, bien des ministres de la défense d’Israël. De Moshé Dayan à Shimon Pérès, Itzhak Rabin, Ariel Sharon, j’en passe, j’ai vu se succéder les héros, les demi-héros, les tacticiens de génie et de talent, les habiles. Ce que je n’avais jamais vu c’est un ministre, non pas certes aussi humain (que la vie d’un soldat, n’importe lequel, ait un inestimable prix est une constante de l’histoire du pays) ni même aussi civil (Shimon Pérès, après tout, n’avait pas lui non plus de vrai passé militaire) mais aussi peu formé, en revanche, à commander une armée en temps de guerre (sa première décision, fait unique dans les annales, ne fut-elle pas d’amputer de 5 pour cent le budget de son propre ministère ?) – ce que je n’avais jamais vu c’est un ministre de la défense répondant si exactement au mot célèbre de Malraux sur ces commandants de miracle qui “font la guerre sans l’aimer” et qui, pour cette raison même, “finissent toujours par la gagner”. Amir Peretz, comme les personnages de Malraux, gagnera. Mais qu’il ait été nommé dit bien qu’Israël, après ses retraits du Liban et de Gaza, pensait entrer dans une ère nouvelle où c’est, non la guerre, mais la paix qu’il fallait préparer…

Le chef de guerre à l’ancienne, travailliste lui aussi et partisan, non moins que le ministre, d’une paix négociée avec les Palestiniens, c’est sur le terrain que je le rencontre, au lieu dit Coah Junction, littéralement Carrefour de la force, qui est, aux yeux des kabbalistes, l’un des lieux où, le jour venu, doit se manifester et passer le Messie… Il s’appelle Ephraïm Sneh. Il a été, dans sa jeunesse, officier-médecin chez les parachutistes, commandant d’une unité d’élite de Tsahal, puis patron de la zone de sécurité d’Israël au Liban sud à partir de 1981. Et il a ce physique de père tranquille, à la fois cordial et bourru, qu’ont les généraux de réserve d’Israël quand ils reprennent du service – en la circonstance, une sorte de mission d’inspection pour la commission de défense de la Knesset. Pourquoi ce rendez-vous ? Pourquoi là, dans ce paysage de pierre sèche, chauffée à blanc par le soleil, où il m’a convoqué mais où je ne vois, à part nous, pas âme qui vive ? Veut-il me montrer quelque chose ? M’expliquer un détail de la stratégie de l’armée qui ne pouvait m’apparaître que vu d’ici ? Va-t-il m’amener à Avivim qui est, un kilomètre plus au nord, le nœud de la bataille en cours ? Veut-il parler politique ? Va-t-il, comme Peretz, comme Livni, comme presque tout le monde, me dire le découragement d’Israël face au peu d’ambition d’une France qui aurait un si grand jeu, pourtant, à jouer au Liban et en Syrie ; qui pourrait, si elle le voulait, restaurer le pays du Cèdre en imposant, vraiment, l’application de la résolution 1559 ; et qui préfère s’en tenir, hélas, à l’ouverture de corridors humanitaires ? Oui, il me dit cela. Un peu. En passant.

Mais je m’aperçois vite que, s’il m’a fait venir jusqu’ici, c’est pour me parler d’une affaire qui le passionne, qui n’a rien à voir avec cette guerre et qui n’est autre que le kidnapping, la captivité, la décapitation de Daniel Pearl… Une conversation sur Danny Pearl à un jet de pierre d’un champ de bataille… Un officier littéraire décidant que rien n’est plus urgent que de débattre, nos deux voitures immobilisées dans la caillasse et la fournaise, du djihad et de l’islam des Lumières, des impasses de la théorie huntingtonienne du choc des civilisations, de Karachi et de ses mosquées terroristes… Cela non plus, je ne l’avais jamais vu. Cela aussi, il m’aura fallu cette expédition sur les premières lignes d’une guerre où Israël et le monde ont, plus que jamais, partie liée pour en concevoir l’idée.

Et en même temps… Il faut croire que l’histoire a, parfois, moins d’imagination qu’on ne le voudrait et que les vieux généraux n’ont pas de si mauvais réflexes qu’on croit. Car le fait est que, quelques kilomètres plus au sud, dans le village de Mitzpe Hila, près de Maalot, Maalot, les circonstances vont m’offrir une bouleversante réminiscence, en effet, de l’affaire Pearl… Je suis chez les parents du soldat Shalit dont la capture par le Hamas, le 25 juin dernier, fut l’une des causes occasionnelles de cette guerre. Je m’interroge sur l’ironie de l’histoire qui a mis ce tout jeune homme, sans qualité particulière, sans importance collective non plus, au déclenchement de cette affaire énorme. Nous sommes là, au soleil, sur la pelouse où il a joué enfant et où l’on entend, très près, quelques centaines de mètres peut-être, tomber des katiouchas auxquels les époux Shalit semblent, eux, ne plus prêter attention. Nous sommes là, dehors, autour d’une table de jardin, à discuter des dernières nouvelles apportées par l’envoyé des Nations unies qu’ils ont reçu juste avant moi. Et je suis en train de songer que, si cette guerre doit durer, si l’effet Iran doit, comme je le pressens depuis l’instant de mon arrivée, lui donner une portée et une extension nouvelles, ce modeste caporal sera le François-Ferdinand d’un Sarajevo qui se sera appelé Kerem Shalom… Que se passe-t-il alors ? Est-ce l’expression d’Aviva, la mère, lorsque je l’interroge sur ce qu’elle sait des conditions de captivité de son garçon ? Celle de Noam, le père, quand il entreprend de m’expliquer, une pauvre lueur d’espoir dans le regard, que le jeune homme est Français par l’une de ses grand-mères, Jacqueline, née à Marseille, et qu’il espère que mon gouvernement joindra donc ses efforts à ceux d’Israël ? Est-ce le débat, que je devine en lui, du père prêt à n’importe quel marchandage pour retrouver son fils chéri et de l’ancien soldat de Tsahal qui ne cède, par principe, pas au chantage des terroristes ? Est-ce la visite de la chambre d’enfant du caporal ? Est-ce la maison elle-même si conforme, tout à coup, à celle de Danny Pearl, à Encino, Californie ? Toujours est-il que je suis saisi, oui, par un sentiment de déjà vu et que, sur les visages de cet homme et de cette femme, viennent se surimprimer en moi ceux de Ruth et Judea Pearl, mes amis, le père et la mère courage d’un autre tout jeune homme, semblable à celui-ci et enlevé par des fous de Dieu dont le programme idéologique n’était pas très différent, non plus, de celui du Hamas…

Remonter vers Avivim. Puis, d’Avivim, jusqu’à Manara que tiennent les Israéliens et où ils ont installé, dans un cirque de deux cents mètres de diamètre, un champ d’artillerie où deux énormes canons montés sur des chenilles bombardent, de l’autre côté de la frontière, les arsenaux, le poste de commandement et les lanceurs de roquettes de Maroun Al-Ras. Trois choses, ici, me frappent. L’extrême jeunesse des artilleurs : vingt ans ; peut-être dix-huit ; leur air stupéfié quand le coup part, comme si c’était chaque fois la première fois ; leurs moqueries de gamins quand le copain n’a pas eu le temps de se boucher les oreilles et que la détonation l’assourdit ; et puis le côté grave en même temps, pénétré, de qui se sait aux avant-postes d’un drame immense, et qui le dépasse. L’allure décontractée ensuite, j’allais dire débraillée et même désœuvrée, d’une petite troupe qui me rappelle irrésistiblement la joyeuse bousculade des bataillons de jeunes républicains décrits, une fois encore, par Malraux : une armée plus sympathique que martiale ; plus démocratique que sûre d’elle et dominatrice ; une armée qui, ici, en tout cas, me semble aux antipodes de ces bataillons de brutes, ou de Terminators sans principes ni pitié, qu’ont si souvent décrits les grands médias européens. Et puis cette drôle de machine enfin, extérieurement semblable aux deux canons autoportés mais qui est garée en retrait et qui, elle, ne tire pas : ce troisième engin est une salle des machines mobile où l’on entre, comme dans un sous-marin, par une tourelle centrale et une échelle de coupée ; il s’y tient six hommes, certains jours sept, qui s’affairent autour d’une batterie de radars, ordinateurs et autres appareils de transmission dont le rôle est de collecter du renseignement pour, ensuite, déterminer les paramètres de tir que l’on va transmettre aux obusiers ; et la vérité est qu’il y a là, au principe du feu israélien, un véritable laboratoire de guerre où des savants-soldats déploient une intelligence optimale pour, le nez collé sur leurs écrans, tentant d’intégrer jusqu’aux plus impondérables données de terrain qui leur arrivent, calculer la distance de la cible, sa vitesse de déplacement ainsi que, last but not least, le degré de proximité d’éventuels civils dont l’évitement est, ici au moins, j’en témoigne, un souci prioritaire – et pourtant…

Avec David Grossman, la rencontre a lieu dans un restaurant en plein air de Abu Gosh, à l’entrée des monts de Jérusalem, qui me semble un jardin d’Eden après l’enfer des derniers jours – soleil heureux, bruit d’insectes qui ne sont plus ni des avions ni des chenilles de chars, bouffées d’insouciance, vent léger… Nous parlons de son dernier livre qui est une relecture du “mythe de Samson”. De son fils qui vient d’être appelé dans une unité de tankiste et pour lequel il tremble. Nous commentons une statistique qu’il vient de lire et qui l’inquiète puisque ce serait près d’un tiers des jeunes Israéliens qui auraient, selon l’article, perdu la foi dans le sionisme et trouveraient des astuces pour se faire exempter de service militaire. Et puis nous discutons de la guerre, bien sûr, et du très grand malaise où, comme les autres intellectuels progressistes du pays, elle paraît l’avoir plongé… Car d’un côté, m’explique-t-il, il y a l’ampleur des destructions, les femmes et les enfants tués, la catastrophe humanitaire en cours, le risque de guerre civile et d’embrasement au Liban – d’un côté il y a l’erreur d’avoir mis la barre si haut (détruire le Hezbollah, mettre hors d’état de nuire ses infrastructures et son armée…) que même une demi-victoire risque, le moment venu, d’avoir un parfum de défaite. Mais, de l’autre, il y a cette attaque surprise du Hezbollah contre un Israël qui s’était successivement retiré du Liban puis de Gaza ; il y a le droit d’Israël, comme n’importe quel autre Etat au monde, à ne pas rester les bras croisés face à une agression aussi folle, immotivée, gratuite ; il y a le fait, insiste-t-il, que le Liban est le pays d’accueil du Hezbollah, son allié, en même temps qu’un pays au gouvernement duquel lui, le Hezbollah, participe, hélas, pleinement ; de l’autre côté, donc, il y a le fait que la riposte israélienne ne pouvait être portée ailleurs que sur le sol libanais… J’observe David Grossmann. Je détaille son beau visage d’ancien enfant prodige des lettres israéliennes vieilli trop vite et dévoré par la mélancolie. Il n’est pas seulement l’un des grands romanciers israéliens d’aujourd’hui. Il est aussi, avec Amos Oz, Avraham Yehoshua et quelques autres, l’une des consciences morales du pays. Et je crois que son témoignage, sa fermeté, sa façon de ne pas céder, en dépit de tout, sur la justesse de la cause d’Israël, devraient convaincre les plus hésitants.

Et puis Shimon Pérès enfin. Je ne voulais pas achever ce voyage sans aller, comme chaque fois mais, cette fois, plus que jamais, rendre visite à Shimon Pérès. C’est Daniel Saada, cet ami d’autrefois, membre fondateur de SOS-Racisme, installé en Israël et devenu, également, son ami, qui m’a conduit jusqu’à lui. “Shimon”, comme tout le monde l’appelle ici, a 84 ans. Mais il n’a rien perdu de sa prestance. Ni de son allure magnifique de prince-abbé du sionisme. Il a toujours le même visage, tout en front et en lèvres, qui souligne l’autorité mélodieuse de la voix. Et j’ai même l’impression, par instants, qu’il s’est incorporé, en prime, une légère amertume dans le sourire, un éclair dans le regard, une façon de se tenir et, parfois, de timbrer les mots qui n’étaient pas à lui mais à son vieux rival Itzhak Rabin… “Tout le problème, commence-t-il, c’est la faillite de ce que l’un de vos grands écrivains appelait la stratégie d’état-major. Personne, aujourd’hui, ne contrôle personne. Personne n’a le pouvoir d’arrêter ni de maîtriser personne. En sorte que nous n’avons, nous, Israël, jamais eu autant d’amis mais que jamais, dans notre histoire, ils n’ont autant servi à rien. Sauf …” Il prie sa fille, une dame d’un certain âge qui assiste à l’entretien, d’aller, dans le bureau voisin, chercher deux lettres d’Abou Mazen et Bill Clinton. “Oui, sauf que vous les avez, eux. Les hommes de bonne volonté. Mes amis. Les amis des Lumières et de la paix. Ceux que ni le terrorisme, ni le nihilisme, ni le défaitisme, ne feront jamais renoncer. Nous avons un projet, vous savez… Toujours le même projet de prospérité, de développement partagé, qui finira par triompher… Ecoutez…” Shimon a fait un rêve. Shimon est un jeune homme de 84 ans dont l’invincible songe dure, en effet, depuis trente ans et que la présente impasse, loin de décourager, semble mystérieusement stimuler. Je l’écoute donc. J’écoute ce sage d’Israël m’expliquer qu’il faut simultanément “gagner cette guerre”, disqualifier ce “quartet du mal” que constituent l’Iran, la Syrie, le Hamas, le Hezbollah et frayer “des chemins de parole et de dialogue” qui finiront bien, un jour, par mener le Proche-Orient quelque part. Et le fait est qu’en l’écoutant, en réentendant ces prophéties déjà anciennes mais qui, aujourd’hui, je ne sais pourquoi, me semblent affectées d’un coefficient nouveau d’évidence et de force, je me prends à imaginer, moi aussi, la gloire d’un Etat hébreu qui oserait, dans le même temps, presque le même geste, dire et surtout faire les deux choses : aux uns, hélas, la guerre ; aux autres, une déclaration de paix qui ne laisserait soudain plus le choix.”

naima terbak

cette letter pour tuout le mond .jai demand la paixla tere lebanaise

Pierre

La tactique scandaleuse du Hezbollah
1er août 2006 - Ynet

« Nous élevons nos combattants. Nous les prenons quand ils sont de jeunes enfants et nous les élevons afin qu’ils deviennent des combattants du Hezbollah. »

Dans un article du Yediot Aharonot, intitulé « Hezbollah : la patience est notre vertu » du 29 juillet 2006, le quotidien israélien relate un article du quotidien britannique The Guardian, dans lequel un reporter a accompagné des hommes armés du Hezbollah se cachant dans un appartement à Tyr. Le groupe, selon le Guardian, se prépare au combat actuel contre Israël depuis des années, avec l’aide de l’Iran.

Extraits :

Le groupe a appelé des hommes de réserve il y a un mois et les hommes armés attendent les soldats de Tsahal dans des cachettes secrètes.

Le rapport dépeint une organisation impénétrable dont les membres sont recrutés dès lors jeune âge et ne font rien sinon suivre strictement les ordres.

Ce groupe a déjà défini la prochaine cible après les combats avec Israël : les politiciens libanais critiques du Hezbollah.

Le reporter se trouve en présence de 4 hommes du Hezbollah, dont un prénommé Sayed Ali, qui prétend descendre du prophète. Ces dernières cinq années, Ali a étudié la théologie à Téhéran. Le Hezbollah lui a demandé de revenir au Liban il y a un mois, dans le cadre de sa campagne de rappel des « réserviste ».

« Nous restons en place et nous ne bougeons pas jusqu’à que nous recevions des ordres, et c’est pourquoi nous ne sommes pareils à aucune autre milice » dit un homme armé. « Nous avons des ordres spécifiques. (...) Chaque homme qui tire des roquettes court ensuite vers une cachette définie ». Les hommes disent qu’ils se cachent car chaque site de lancement est visé par les Israéliens dans les 10 à 15 minutes qui suivent le tir de roquette.

Un autre homme dit que le Hezbollah apprend à ses combattants à être patient. « Pendant notre entraînement, nous passons des jours dans des bâtiments vides sans parler à personne ni faire quoi que ce soit. Ils me disent d’aller dans ce bâtiment et de m’asseoir, j’y vais et je m’assois là, et j’attends. »

« Nous ne prenons pas quiconque frappe à notre porte et dit ‘je veux intégrer le Hezbollah’. Nous élevons nos combattants. Nous les prenons quand ils sont de jeunes enfants et nous les élevons afin qu’ils deviennent des combattants du Hezbollah. Chaque combattant que nous avons croit que la raison ultime d’être est le martyre » dit Sayed Ali, montrant sa fierté de la discipline et du côté secret du groupe.

Ali a révélé au Guardian qu’il se prépare pour ce combat depuis des années, et admets que l’Iran soutient le Hezbollah de bout en bout. « Quand nous les avons vaincus en 2000 [retrait israélien du sud-Liban en mai 2000], nous l’avons fait grâce aux roquettes Katioucha. Nous avions six années pour préparer ce jour (...) Quand les Syriens étaient là, nous étions approvisionnés à travers leurs canaux ; maintenant, c’est plus difficile. »

Ali dit que la lutte n’est pas seulement contre Israël, mais aussi contre les Libanais sunnites.
Il avertit que même si la communauté internationale demande au Hezbollah de déposer les armes dans le cadre d’un cessez-le-feu, lui et ses hommes garderont leurs armes.
« Les choses vont très bien maintenant, quoiqu’il advienne, nous sommes gagnants. S’ils [les Israéliens] continuent de nous bombarder, nous resterons dans les abris, et avec chaque bombe, de plus en plus de gens soutiennent la résistance. »

« La vraie bataille se situe après la fin de cette guerre. Nous devrons nous occuper des politiciens libanais. Nous avons également le meilleur appareil de sécurité et de renseignement de ce pays, et nous pouvons atteindre toutes ces personnes qui parlent contre nous maintenant. Finissons-en avec les Israéliens, et nous règlerons nos comptes plus tard. »

Paul

Douste-Blazy : Daladier sans Chamberlain
1er août 2006 - Par Luc Rosenzweig © Metula News Agency

Luc Ronsenzweig est un ancien journaliste du Monde.

Ah, les cons !

On ne faisait pas grand cas, jusque là, du ministre français des Affaires Etrangères, Philippe Douste-Blazy, cardiologue de son état. Selon les jours, il était surnommé « Mickey d'Orsay », ou « Condorcet » dans les couloirs du département, où, comme chacun sait, les diplomates se défoulent d'avoir été professionnellement polis avec leurs interlocuteurs.

Au plus fort de l'été, alors qu'une canicule meurtrière pour les vieillards devrait accaparer les « une » des journaux et remplir d'images ensoleillées les actualités télévisées, Douste-Blazy parvient pourtant à se hisser au sommet de l'actualité française.

Il doit cet honneur au fait d'avoir affronté, sa mèche brune en bataille, Condoleezza Rice lors de la conférence de Rome du 26 juillet, consacrée à la recherche de solutions propres à mettre fin au violent conflit armé qui oppose Israël à la milice islamiste libanaise du Hezbollah. Depuis cet exploit, il sautille de radio en télévision pour faire entendre « la voix de la France », une voix qui évoque le déshonneur et la capitulation.

Lors de son dernier passage à Beyrouth, notre Douste s'est même laissé entraîner par son lyrisme d'ancien maire de la ville natale du regretté Claude Nougaro, en affirmant, devant ses hôtes libanais, que " L'Iran était une force stabilisatrice dans la région".

Cette forte parole a provoqué une réaction amusée du ministère israélien des Affaires Etrangères, où un haut diplomate a déclaré qu'elle pourrait bien valoir à son auteur : "le prix Victor Hugo de la science-fiction. Sur quelle planète vit-il ? Sûrement pas la nôtre !".

Ce qui s'est passé ces dernières semaines dans un petit coin de la planète terre est pourtant bien connu : le 12 juillet, un commando de « fous de Dieu » capturent deux soldats israéliens qui effectuaient une patrouille le long de la frontière entre le Liban et Israël, et en tuent deux autres. Cette agression intervient quelques jours après une attaque semblable, au sud, où un groupe armé du Hamas palestinien fait prisonnier un caporal de Tsahal, après avoir tué deux autres servants d'un char Merkava. Dans les deux cas, il s'agit donc d'agressions caractérisées, perpétrés contre des soldats stationnés sur le territoire de leur nation : il n'y avait plus un militaire israélien au Liban depuis mai 2000 et Tsahal s'est retirée de la bande de Gaza en août 2005.

Le gouvernement d'Ehud Olmert, où la gauche travailliste est représentée, entre autres, par le ministre de la défense Amir Peretz, pratique ce qui à toujours été la politique de l'Etat hébreu dans ces circonstances : ne pas céder au chantage, et rétablir la capacité de dissuasion d'Israël face aux actions de ceux dont l'objectif affiché est de le rayer de la carte. Non seulement on ne négocie pas avec les ravisseurs - qui demandent la libération de terroristes emprisonnés en Israël - mais on riposte en détruisant les infrastructures de la terreur : les sites de lancement de roquettes vers le sud d'Israël à Gaza, qui n'ont pas cessé leur activité un seul jour depuis le retrait israélien, et le réseau de bunkers du Hezbollah, d'où partent les « Katiouchas » et obus de mortier vers les localités du nord de la Galilée. Il n'est pas inconvenant, n'en déplaise aux moralistes de la presse française et aux finasseurs du Quai d'Orsay, de qualifier ces attaques du Hamas et du Hezbolla
h de terroristes, car, à la différence des ripostes israéliennes, elles sont dirigées exclusivement contre des installations civiles. Au Liban donc, Israël entreprend, à l'aide de son aviation, de sa marine et de son artillerie, de protéger son territoire et la vie de ses citoyens sur lesquels tombent une pluie d'engins dont la portée est de plus en plus longue : l'Iran a fourni au Hezbollah des missiles capables d'atteindre Haïfa, la troisième ville d'Israël.

La banlieue sud de Beyrouth, où se situe le quartier général des « fous de Dieu », le repaire de leur chef Nasrallah et leur télévision Al Manar, est pilonnée, après que l'aviation ait lancé des tracts invitant la population civile à quitter les lieux. Les localités du Sud-Liban abritant des unités armées du Hezbollah sont traitées de la même manière.

Ces ripostes provoquent, hélas, des victimes parmi les non-combattants, mais à qui la faute ? Le directeur de la division des droits de l'homme de l'ONU, le norvégien Jan Egeland, qui ne ménage généralement pas ses critiques envers Israël, a qualifié le Hezbollah de « tas de couards » en référence à sa pratique systématique de procéder à ses tirs contre Israël à partir d'écoles, d'hôpitaux où autres lieux peuplés de femmes, d'enfants et de vieillards. Plus pervers encore : des groupes mobiles viennent lancer leurs engins en se plaçant tout près des cantonnements de la FINUL, la force d'interposition de l'ONU, bien mal nommée d'ailleurs puisque son mandat lui interdit de faire quoi que ce soit pour empêcher les gens de se tirer dessus.

Ce qui devait arriver arriva, une riposte israélienne à un tir de Katiouchas a fait, le 26 juillet, quatre victimes parmi les Casques bleus. Le drame de Qana, une cinquantaine de personnes, dont une trentaine d'enfants, tués pendant la nuit du 29 au 30 juillet dans une maison touchée par une bombe, a provoqué, dans les milieux politiques et médiatiques français, une hystérie comparable à celle consécutive à l'affaire Al Dura en septembre 2000. Les images, complaisamment filmées par le Hezbollah, ont produit l'effet attendu : le peuple français, de Jacques Chirac à la fermière de mon voisinage, sont effarés par la barbarie des Juifs tueurs d'enfants. A côté de cela les pauvres images infrarouges de Tsahal, démontrant que les humanistes disciples de Hassan Nasrallah faisaient partir leurs islamiques roquettes des alentours de la maison détruite, ne font pas le moindre effet sur les foules indignées.

Face à cette situation, la prétendue communauté internationale agit en ordre dispersé : les agresseurs veulent à tout prix obtenir un cessez-le-feu immédiat pour éviter de se prendre une raclée qui les mettrait hors d'état de nuire pour un bon moment. Ceux-là trouvent une écoute attentive à Paris, où Jacques Chirac fait tout pour réparer le moment d'égarement qu'il a eu en 2005 : s'associer avec les Etats-Unis pour faire voter par le Conseil de sécurité la résolution 1559, qui exigeait le départ de l'armée syrienne du Liban et... le désarmement du Hezbollah. Le chagrin consécutif à l'assassinat de son ami et mécène libanais Rafic Hariri par des sicaires syriens avait quelque peu brouillé les idées de notre président de la République : exceptionnellement avait surgi un éclair de bon sens dans une pensée marquée par les délires persistants de la trop fameuse « politique arabe de la France ».

Il dépêche donc Villepin à Beyrouth, qui participe à une réunion du gouvernement libanais, où sont présents les ministres Hezbollah qui se fichent de « la 1559 » comme de leur premier turban. On « oublie » de passer voir les victimes de Haïfa, pourtant située à une demi-heure d'hélicoptère de Beyrouth. Oubli réparé, quelques jours plus tard, par une visite de Douste-Blazy, opportunément pris dans une alerte sous les caméras de télé. On proclame haut et fort qu'il faut un cessez-le-feu immédiat - entendez par là, qu'il faudrait laisser au Hezbollah sa capacité de nuire.

En face, Condoleeza Rice et sa collègue britannique Margaret Beckett, préconisent une solution qui soit de nature à assurer, non pas une trêve qui serait violée immédiatement par les « fous de Dieu », mais un calme durable. Cela passe, bien évidemment, par une réduction notable, sinon totale des capacités de nuisance du Hezbollah, Etat dans l'Etat libanais, qui entraîne toute une nation dans la spirale de la violence et de la misère. J'ai pu constater de visu, en 2005, comment, dans les zones contrôlées par le Hezbollah, notamment le magnifique site de Baalbek, cette milice chiite tient la population sous un contrôle social absolu, et laisse ces régions dépérir économiquement en ponctionnant ses ressources afin d'accroître son arsenal militaire.

C'est alors que M. Douste-Blazy, tel un Villepin venant faire la leçon à George W. Bush aux Nations Unies, vient à Rome pour ne proposer rien moins que la capitulation d'Israël devant les exigences terroristes : cessez-le-feu immédiat, échange de prisonniers, « accord politique » avec le Hezbollah avant l'envoi d'une force multinationale, remise au Liban des Fermes de Chebaa, un mouchoir de poche territorial que se disputent Beyrouth et Damas, actuellement occupé par Israël. Tout cela avec de grandes envolées sur la vocation de la France à protéger, dans la région, les faibles et les opprimés.

Heureusement, Rome 2006 n'est pas Munich 1938, et si Douste-Daladier était là, il manquait un Chamberlain pour faire triompher la couardise et parapher la honte. On observera que les rodomontades de notre diplomatie ont comme conséquence sa candidature naturelle à être à la tête d'une force d'interposition au Sud-Liban. Les souvenirs de Beyrouth 82 remontent alors à toute allure de la mémoire militaire : les précurseurs du Hezbollah avaient fait exploser l'immeuble Le Drakkar où logeaient les paras français : 52 morts. Comme on ne peut pas se "dégonfler" tout de suite, on met comme préalable un "accord politique" avec le Hezbollah, euphémisme de capitulation devant les barbus.

On notera, en conclusion, que ces turpitudes françaises ont pour effet de faire remonter la cote de popularité présidentielle du fond de l'abîme où elle était tombée. Fasse le ciel que Jacques Chirac ait la lucidité d'Edouard Daladier face aux foules venues acclamer le « sauveur de la paix » à son retour de Munich : « Ah, les cons ! », s'était-il exclamé.

The comments to this entry are closed.