My Photo

ABOUT YOUR HOST

TRACK MY BLOG





  • Subscribe myblog by email


SEARCH IPHONE APPS

Stats



  • web tracker


  • Clicky Web Analytics

Copyrights



  • the mp3 and audio files you will listen on my blog are self produced.

  • Creative Commons License
    This work is licensed under a Creative Commons License.

« The end of expensive international roaming | Main | Talking tomorrow at Ramat Gan Executive MBA »

15 July 2006

Comments

Tom van Steen

Hi Ouriel,

To try to make you feel reassured ... I've listen to some opinions more close to yours on differents mainstream french medias.
For example : The show "On refait le monde 14/07/2006" on RTL - http://www.rtl.fr/radio/emission.asp?dicid=144228
(especially when Claude Askolovitch talks)

Franck

I'm surprised that you would discover the French slant just now. After all who has been covering up the Al Dura affair all those years? I have long ago stopped watching French media (and most MSM for that matter). My wife still does and I can't help being sick every time I happen to glance at their leftist rant. Why don't you subscribe to LGF, Infidel Bloggers Alliance, The Counterterrorism Blog or Israpundit and forget about French rampant antisemitism.

ouriel

Indeed tom this podcast is very good but is the voice of a lucid analyst and not the public opinion.

Net

Well said!

Moché L'ignorant

Questions:
Israël veut-il dire terre promise,
Promise aux élus de dieu?
Dieu n'a t il pas été clair dans ses commandements ?
Etre élu et donc mériter la terre promise n'implique t il pas d'honorer les commandements (au moins le premier)?

Al Robins

This article explains why you might find CNN's coverage of recent events in the Middle East more...acceptable.
http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2006/07/12/AR2006071201627.html

Florian SEROUSSI

French media are misinterpreting for obvious reasons. They must deliver information that serves their Arabic population. Moreover France has always been a very anti-Semite country. I totally agree with you, very good article.

jean

First of all France is absolutely not an anti semitic country. It is so stupide to say that.

Then, it seems to me the expression of a democratic country that some news defends Israel, and other the lebanese people (which you can't assimilate to the hezbollah) - which is the case in France. I am not sure watching CNN is so neutral.

Regarding the problem of the Hezbollah, as Pdt Chirac said it's not acceptable that a State (Lebanon) accept those people in is soil. But it's also true that the Israelian answer is crazy!

I really belive that everybody want to see the fact on is way... But in this long term crisis, the two parts are wrong and agressiv to each other. There will be no solutions until both parts really wants it... As we see now, with those simplist arguments (I am right,and you are wrong...) we are not taking the good way for that!!!

Nicolas

Chercher qui de la poule ou de l'oeuf est arrivé en premier à un certain côté ubuesque dans ce conflit.
La responsabilité du Hezbollah est évidente, et si je ne me trompe pas cela a longuement été rappelé, notamment par les médias français.

Je me suis rendu en Israel il y a un peu plus d'un an pour un voyage d'étude, je suis membre d'une organisation politique, et nous avions déjà constaté cette dénonciation permanente des médias français par la communauté francophone israelienne. J'étais assez perplexe, je lui suis encore plus aujourd'hui lorsque je lis ce post. Je le suis d'autant plus qu'au cours de ces derniers mois j'ai entendu de nombreuses personnes dénoncer les médias français comme étant pro-israel et passant sous silence les malheurs des palestiniens, ou comme opérant une discrimination entre les victimes, donnant soit-disant toujours plus d'écho aux agressions antisémitimes. Je combats ce discours. C'est un discours simpliste.

Je pense que tu pourrais tout de même offrir un peu plus de recul aux interprétations que tu donnes de la crise actuelle, pour au contraire faire profiter aux lecteurs, notamment français, ta position sur place, à Tel Aviv. C'est la raison qui m'a amené à aller du blog de Loïc Lemeur vers le tiens : rechercher un point de vue construit, même si au final je ne suis pas sûr d'être d'accord. C'est vrai qu'il est assez difficile pour quelqu'un qui ne s'est jamais rendu en Israel d'appréhender la question de la sécurité. C'est le travail de pédagogie qui devrait t'animer.

La modération a posteriori peut être aussi utile pour éviter que certains manient de façon trop légère l'anathème d'antisémite, cette question étant trop grave pour être lancée gratuitement. Qu'il y ait un désaccord sur la nature de la couverture des évènements ne fait pas des médias français ou des français des antisémites.
Je regrette particulièrement ta conclusion. Elle rappele les réflexions du genre : "si ta fille se faisait violer, est-ce que tu ne serais pas pour la peine de mort !". Malheureusement ce discours est le même que celui usé par les terroristes pour justifier des attentats suicides, et il n'est pas plus admissible.

La France a connu des attentats au cours des années 90, l'Europe récemment. La réponse espagnole et celle de Zapatero en faveur du renforcement de la démocratie sont un exemple.

Alors oui, j'admet pleinement le droit d'Israel à se défendre, mais le bilan humain de l'offensive actuelle, le fait d'avoir attaqué l'aéroport de Beyrouth, de détruire les infrastructures vitales des palestiniens... tout cela me fait douter de la proportionnalité. Et dire que l'attaque n'est que contre le Hezbollah et non contre le Liban est quelque peu surprenant, même en regardant CNN.
Le doute est une valeur fondamentale, elle permet d'avancer, de se construire et d'être à l'écoute.

jean

bravo pour ce commentaire - et manifestement sur l'échiquier politique français je ne suis pas du même bord que toi!!

Julien

Prendre position pour un assassin ou pour un autre est ce vraiment glorieux ? Chacun voit midi à sa porte les pro-palestinien accusent les médias français de prendre position en faveur d'Israël et les les pro-israelien le contraire ... Quel jeu pueril non ? Des civils sont tués de part et d'autres ... Et on cherche à savoir où sont les méchants ? Faut-il rire ou pleurer de ce cynisme ?

Paul

La reaction d'Israel est trop moderee.Israel est l'armee au monde qui se retient le plus.

Pourquoi Israël mène-t-il des opérations militaires contre le Liban ?

Sans la moindre provocation de sa part, Israël a subi une attaque transfrontalière en provenance du territoire libanais. L’attaque a été perpétrée par le Hezbollah, qui fait partie du Gouvernement du Liban. Elle était dirigée contre des citoyens israéliens – citoyens et soldats – qui se trouvaient sur le territoire israélien souverain. Dans ces circonstances, Israël n’a pas d’autre alternative que de se défendre et de défendre ses citoyens. C’est pour cette raison qu’Israël réagit maintenant à l’acte de guerre d’un Etat souverain voisin. L’objectif de l’opération israélienne est double : libérer les soldats enlevés et faire disparaître la menace terroriste de sa frontière nord. Israël considère que le Liban est responsable de la situation actuelle, et qu’il doit en subir les conséquences.

Israël fait-il un usage disproportionné de la force ?

La proportionnalité se mesure en fonction de l’étendue de la menace. Les actions d’Israël ne résultent pas seulement de l’attaque injustifiée contre Israël, ni de l’enlèvement des deux soldats. L’opération militaire d’Israël est également dirigée contre la menace concrète et tangible que fait peser le Hezbollah sur plus d’un million de civils dans tout le nord d’Israël. Le Hezbollah – organisation terroriste dont le but est la destruction d’Israël et qui contrôle le sud-Liban – dispose de plus de douze mille missiles prêts à être tirés contre Israël, et en a lancé des centaines durant les quelques jours écoulés. L’usage massif de ces missiles par le Hezbollah, qui a causé de nombreux décès de civils, des centaines de blessés et des destructions considérables, rend nécessaires les actions d’Israël. On peut se demander 'ce qu’auraient fait d’autres Etats s’ils avaient été l’objet d’une menace de cette magnitude'.

Pourquoi Israël bombarde-t-il des immeubles et des infrastructures civiles ?

Israël ne prend pour cibles que des installations qui servent directement aux attaques terroristes contre Israël, perpétrées par les organisations terroristes. Par exemple, Israël s’en est pris à l’Aéroport International et à l’autoroute Beyrouth-Damas, parce que le Hezbollah les utilise pour se réapprovisionner en armes et en munitions. Israël a également pris pour cibles des immeubles, tel celui des studios de télévision du Hezbollah, qui servent de moyen vital de communication pour les activistes terroristes. Malheureusement, les terroristes se sont volontairement cachés et ont stocké leurs missiles dans des zones d’habitation, mettant ainsi en danger les populations alentour. En fait, beaucoup des missiles récemment tirés contre Israël ont été emmagasinés dans des habitations privées et tirées de ces dernières, expropriées par des terroristes du Hezbollah, qui veulent ainsi protéger leurs actions derrière un bouclier humain de civils, pour empêcher une riposte d’Israël. Malgré cette cruelle exploitation de civils, Israël prend grand soin de réduire au minimum le risque auquel la population est exposée – souvent aux dépens d’avantages opérationnels. Par exemple, des tracts sont lancés pour inciter les habitants à éviter certaines installations du Hezbollah, même si cet avertissement préalable réduit l’élément de surprise dont eût pu bénéficier Israël.

Pourquoi Israël ne fait-il pas preuve de retenue et ne recourt-il pas à des moyens diplomatiques avant de faire usage de la force ?

Israël a fait preuve de retenue durant plus de six ans. En mai 2000, Israël a pris la difficile décision de se retirer complètement du sud-Liban, après avoir été contraint, quelques années plus tôt, d’y créer une zone de sécurité pour empêcher les attaques terroristes et les tirs de roquettes contre les villes israéliennes. Le Conseil de Sécurité de l’ONU a reconnu qu’Israël s’était entièrement retiré du sud-Liban, en pleine conformité avec la Résolution 425. Le Gouvernement libanais avait alors l’occasion de prendre le contrôle total du sud et de définir une frontière pacifique avec Israël. Au lieu de cela, il a préféré céder à la terreur que de la vaincre, et il a permis au Hezbollah d’occuper les régions contiguës à la frontière et de constituer un énorme arsenal de roquettes et de missiles.

A plusieurs reprises, Israël a formulé des avertissements et demandé à la communauté internationale d’inviter le Liban à imposer sa loi au Hezbollah, et d’obliger ses hommes armés à quitter les positions qu’ils occupent près de la frontière, et à démanteler leurs stocks de missiles. Malheureusement, le Liban n’a pas tenu compte des demandes de la communauté internationale d’exercer sa souveraineté et de désarmer le Hezbollah, et aujourd’hui, le peuple libanais doit, hélas, supporter les conséquences de l’inaction de son gouvernement.

Comment Israël peut-il attendre une action du gouvernement libanais après qu’il ait fait preuve d’inaction et d’inefficacité durant des années ?

La diminution récente de la présence militaire syrienne au Liban a laissé à Beyrouth plus de liberté d’action pour servir les intérêts libanais, pourtant, jusqu’ici, aucune mesure n’a été prise à l’encontre du Hezbollah.

Le Gouvernement du Liban porte la responsabilité de la menace que constitue le Hezbollah. Il a conféré une légitimité officielle au Hezbollah et a permis que ses opérations armées se déroulent sans entraves. Le Hezbollah n’aurait jamais obtenu les missiles et l’équipement militaire dont il dispose, si le gouvernement libanais n’avait permis que ces armements parviennent au Liban.

Il est de la responsabilité du Gouvernement du Liban de remplir son obligation, en tant qu’Etat souverain, d’étendre son contrôle à tout son territoire, comme le demandent les résolutions 425 et 1559. Par son opération, Israël espère faire pression sur le Gouvernement de Beyrouth pour qu’il agisse, et faciliter son action en lui assurant l’encouragement international et les conditions favorables au désarmement du Hezbollah et au déploiement de l’armée libanaise au sud, jusqu’à la frontière entre Israël et le Liban.

Pourquoi Israël dit-il que la Syrie et l’Iran sont impliqués dans le terrorisme du Hamas et du Hezbollah ?

La Syrie héberge dans sa capitale, Damas, les quartiers généraux d’un certain nombre de groupes terroristes djihadistes palestiniens, dont le Hamas. Elle abrite et soutient, sur le plan logistique, le dirigeant du Hamas, Khaled Mashaal, qui a vécu à Damas pendant des années. De Damas, Mashaal dirige des terroristes qui, de l’intérieur des territoires palestiniens, perpètrent des attaques incessantes contre Israël et ses citoyens - dont des bombardements contre le sud d’Israël avec des missiles Qassam, et la récente infiltration et le kidnapping du soldat israélien, Guilad Chalit. La Syrie apporte également son aide au Hezbollah, sous forme, entre autres, de transfert d’armes, de munitions et de militants, qui sont acheminés par l’aéroport de Damas et les passages-frontière entre la Syrie et le Liban. Le Hezbollah serait incapable d’agir au Liban sans un parrainage syrien.

L’Iran est le principal bienfaiteur du Hezbollah. Il fournit à cette organisation les fonds, les armes, les directives, et même l’encadrement iranien (les 'Pazdaran', ou Gardiens de la Révolution). Les missiles à longue portée qui ont frappé les villes israéliennes de Haïfa et Carmiel (le 13 juillet) ont été fabriqués par l’Iran, comme c’était le cas du missile téléguidé tiré contre un navire israélien lance-missiles, au large de la côte libanaise. D’une manière générale, le Hezbollah est purement et simplement une arme du régime djihadiste de Téhéran. L’Iran a également accru de manière considérable son influence à l’intérieur de l’organisation terroriste palestinienne, et au sein des Brigades d’al-Aqsa (Fatah) et du groupe Iz a-Din al-Qassam (Hamas). Il assure le financement, la formation technique et les directives opérationnelles de leurs cellules terroristes.

Qu’est-ce qui motive le Hamas et le Hezbollah, et pourquoi la Syrie et l’Iran les soutiennent-ils ?

Le Hamas et le Hezbollah sont mus par une idéologie djihadiste extrémiste, qui appelle à la destruction immédiate de l’Etat d’Israël et qui s’inscrit dans l’effort international pour mener une 'Guerre Sainte' contre le monde occidental 'infidèle', et ce afin de faire prévaloir leur version radicale de l’islam d’un bout à l’autre du globe.

La Syrie et l’Iran soutiennent ces groupes, non seulement parce qu’ils approuvent leur idéologie, mais aussi parce que ces organisations constituent, pour Damas et Téhéran, un moyen de renforcer l’influence de leur régime respectif et de détourner l’attention d’autres problèmes qui leur ont valu récemment des pressions internationales. La Syrie fait face à une critique croissante pour son implication dans le meurtre de Rafik Hariri et son interférence dans les affaires libanaises. L’Iran est l’objet d’une pression, qui va en s’élargissant, à propos de son programme de développement nucléaire. De plus, la communauté internationale dénonce ces deux régimes pour leur sinistre bilan en matière de droits de l’homme.

Par conséquent, Israël considère le Hamas, le Hezbollah, la Syrie et l’Iran comme les acteurs fondamentaux de l’Axe du Djihad terroriste qui menace non seulement Israël, mais tout le monde occidental.

Comment Israël va-t-il réagir aux bombardements de Haïfa ?

Les centaines d’attaques de roquettes, lancées en ce moment depuis le Liban par le Hezbollah contre Haïfa et le nord d’Israël, et au cours desquelles douze civils ont été tués et des dizaines d’autres blessés, devraient dissiper une fois pour toute la légende populaire qui dépeint le Hezbollah comme une force de guérilla mal équipée. Créé dans les années 1980 et agissant par procuration pour le compte de l’Iran afin de perpétrer les actes hostiles de ce pays contre Israël – sans considération pour la souveraineté libanaise et en violation de cette dernière – le Hezbollah a reçu des envois énormes d’armement moderne haut-de-gamme provenant de l’arsenal iranien, transbordés en passant par la Syrie.

Un officier de haut rang de l’armée iranienne déclarait dimanche au journal en langue arabe, Al-Sharq al-Awsat, que les Gardes Révolutionnaires de la République islamique [les Pasdaran] avaient établi des dizaines de bases de lancement de roquettes et de missiles dans la Vallée du Liban et le long de la frontière avec Israël. Entre 1992 et 2005, le Hezbollah a reçu quelque 11.500 missiles et roquettes à courte et moyenne portée. Cet officier ajoutait que le Hezbollah possédait quatre types de missiles sol-sol modernes : des « Fajr » [victoire], d’une portée de 100 km, des « Iran 130 », d’une portée de 90-110 km, des « Shahin », d’une portée de 150 km, et des roquettes de 355 mm de diamètre, également d’une portée de 150 km. Le vendredi 14 juillet au soir, le Hezbollah a fait preuve d’une capacité, jusqu’alors inconnue, en tirant sur un navire israélien un missile mer-terre sophistiqué, guidé par radar, de fabrication iranienne, tuant quatre soldats.

Face à cette grave agression de la part du Hezbollah, Israël fera tout le nécessaire afin d’éloigner la menace terroriste de ses centres de population, comme le ferait tout autre pays dans des circonstances similaires.

Comment Israël fera-t-il pression sur la Syrie et l’Iran ?

Il existe un large consensus, sur la scène internationale, à propos du fait que le terrorisme djihadiste constitue une menace mondiale qu’il faut combattre avec détermination et fermeté. Israël a été en contact intensif avec des gouvernements étrangers et des organisations mondiales, pour coordonner la pression à exercer sur ces régimes, et faire en sorte qu’ils comprennent que le prix qu’ils auront à payer, sur le plan international, pour leur soutien du terrorisme, sera insupportablement élevé.

Il apparaît qu’Israël fait face à un conflit sur deux fronts. Ces deux fronts sont-ils liés, en réalité ?

Dans sa conférence de presse qui a suivi l’attaque du 12 juillet, le Secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a présenté la liste de ses exigences de rançon en échange de la libération des [deux] soldats [israéliens] enlevés. Elle comprenait une demande de libération de détenus terroristes du Hamas, ainsi que de membres du Hezbollah. Ceci est révélateur du fait que le niveau de coordination entre ces deux groupes de terreur djihadiste n’est pas seulement idéologique, mais qu’il est également opérationnel.

Israël a déclaré qu’il ne négocierait pas avec le Hamas ; mais qu’en est-il du Hezbollah ?

A la suite de l’attaque du 12 juillet à partir du Liban, le Premier ministre Olmert a déclaré qu’"Israël ne céderait pas au chantage et ne négocierait pas avec des terroristes concernant la vie des soldats israéliens.

Quelles sont les voies diplomatiques disponibles pour mettre fin à cette crise ?

Israël sait bien que si les opérations militaires sont actuellement nécessaires pour défendre ses citoyens en neutralisant la menace que constitue l’infrastructure terroriste du Hezbollah au Liban, la solution définitive est, bien entendu, diplomatique. A ce niveau, il n’existe aucune différence de fond entre la position israélienne et celle de la communauté internationale. Israël attend, de la famille des nations, qu’elle fasse respecter le consensus international déjà approuvé par le Conseil de Sécurité de l’ONU concernant le Liban, et qu'elle fasse pression sur le gouvernement libanais pour qu’il applique les résolutions 1559 et 1680, impose sa souveraineté sur la région frontalière avec Israël et désarme le Hezbollah.

Pour soutenir cet effort, les dirigeants des pays du G8, actuellement réunis à Saint Petersbourg, doivent entreprendre une offensive diplomatique pour amener à un cessez-le-feu rapide qui aboutira au retour des soldats israéliens kidnappés, au désarmement du Hezbollah et à sa transformation en un groupe jouant un rôle politique non violent.

Alain

CHIRAC ACCUSE ISRAËL DE VOULOIR DÉTRUIRE LE LIBAN

Lors de son entretien télévisé du 14 juillet, le Président de la République a dénoncé le caractère inacceptable et irresponsable des tirs de roquettes sur Israël par le Hamas et le Hezbollah. Il a dit aussi « son sentiment, pour ne pas dire sa conviction » que le Hamas et le Hezbollah (qu’il n’a pas qualifiés de terroristes) « ne peuvent pas avoir pris ces initiatives tout à fait seuls ». Ce sont des évidences auxquelles le Président Chirac ne pouvait pas échapper.

Il n’a pas dénoncé le gouvernement libanais qui, en dépit de la résolution 1559 du Conseil de sécurité de l’Onu, demandant, le 2 septembre 2004, « que toutes les milices libanaises et non libanaises soient dissoutes et désarmées », en dépit de tous les avertissements d’Israël, a laissé le Hezbollah développer sur son territoire une force armée qui est de sa prérogative exclusive. En conséquence, il a exposé son peuple au pire des drames.

En revanche, le Président Chirac a reproché à Israël d’avoir des « réactions disproportionnées », mais il n’a pas défini la proportion que doit respecter un État souverain qui reçoit de ses voisins des centaines de roquettes et qui, sur son territoire, se fait enlever des soldats. Et surtout, il a fait peser sur Israël une terrible accusation : « On peut se demander, a-il dit, s’il n’y a pas une volonté de détruire le Liban, ses équipements, ses routes, sa communication, son énergie, son aérodrome. Et pourquoi ? ». L’Arabie saoudite n’en a pas dit autant, dénonçant même « l’aventurisme » du Hezbollah.

Renversant les responsabilités selon l’antique tradition persécutrice de l’homme juif, cette accusation fait passer Israël pour un État impérialiste, conquérant et destructeur.

Elle est contraire à toute vérité.

Elle apporte la meilleure caution possible aux mensonges instrumentalisés par la plupart des gouvernements arabes.

Elle nourrit l’incendie que l’islamisme a allumé au Proche-Orient et qui a déjà touché l’Occident.
L’Association France-Israël est donc obligée de faire là un constat de faillite politique et morale.

Si Israel voulait detruire le Liban , Israel pourrait le faire en quelques heures.Chirac est donc soit un menteur , soit un idiot pathologique.

Les reactions de certains posts au dessus sont d'une hypocrisie..

Les attentats qui ont eu lieu en Espagne sont des attentats lies peut etre selon votre logique a l'occupation espagnole en Irak.

Israel n'occupe ni Gaza , ni le Liban.Ici on ne parle pas d'attentats mais d'une agression militaire subie par un pays occidental et democratique sans aucune provocation.

Je rappelerai la declaration de Chirac d'il y a quelques mois :Chirac a declare que si il y avait un seul attentat en France , le pays qui hebergerait ces terroristes pourrait craindre une represaille nucleaire de la part de la France.

Pierre

Je lisais ce matin dans Libération que depuis le début de l'année, les armées alliées (dont la France) ont fait plus de 1600 morts parmi les Talibans en Afghanistan. On espère qu'il n'y avait parmi eux que des "terroristes", et pas de civils. Et pourtant cela se passe à 10.000 km de Paris, pas sur les frontières hexagonales. Et les Talibans ne tirent pas tous les jours des missiles sur Strasbourg ou Lille. Si cela avait été le cas, la réaction française aurait été encore plus brutale, "disproportionnéeé, comme l'an dernier en Côte d'Ivoire.
On a les terroristes qu'on peut !

Julien

Your quick question must not have a quick answer ! We know what kind of answer you are waiting ! It is quite the same for death sentence. If someone killed your son... But it is different too because innocents people are killed ! And killed by a democraty !!!

Alain

Aucun pays democratique ne se comporterait avec autant de retenue qu'Israel.

Des civils sont malheureusement tues au Liban mais sur plus de 4000 sorties ariennes , seulement 100 a 150 civils ont ete tues.Israel previent les zones qui vont etre bombardees avant de les bombarder au detriment de l'effet de surprise pour epargner le plus de civils possibles.

La reponse n'est pas simple et Israel n'a pas reagi pendant pres de 6 ans depuis son retrait total du Sud Liban.Je crois que cela a ete une erreur de la part d'Israel car cela a ete interprete comme de la faiblesse.La faiblesse engendre la violence.Il faut nuancer cela , c'est sur ,mais il est cl;air qu'Israel paie par manque de fermete ces 6 dernieres annees.Israel est une democratie , mais une democratie vouee a l'extermination par ses ennemis.
Le peuple israelien , souvent divise politiquement , est plus que jamais uni.Le gouvernement actuel est de centre gauche et tres favorable a des compromis douloureux.Le Ministre de la Defense , Amir Peretz , est meme tres a gauche.

Menahem

Israel est a nouveau victime d'une guerre contre son existence.

Le détonateur de cette guerre qui couvait depuis longtemps, a finalement explosé. Qui d'entre nous savait - ce que n'a jamais ignoré le gouvernement d'Israël - que ce détonateur serait le Hezbollah ? La seule question était le moment où se produirait l'explosion et son ampleur. Nous savons l'une et l'autre aujourd'hui.

Depuis que Tsahal s’est retiré définitivement du Liban en 2000, il y avait, certes des échanges de tirs d’artillerie entre le Hezbollah libanais et Tsahal, à la frontière nord, mais rien qui ressemble à ce à quoi nous assistons depuis quelques jours.

En effet, c’est toute la moitié nord du territoire d’Israël qui est maintenant l’objet d’attaques directes de missiles à moyenne et longue portée. Chaque nouvelle journée apporte son lot de coups ennemis et de victimes, sans parler des dégâts matériels, qui sont considérables.
Nous étions habitués à des chutes de missiles tirés en rase campagne par les tueurs du Hamas. Les pertes et les dégâts qu’elles causaient étaient faibles - pour ne pas dire négligeables, en termes stratégiques -, bien que d’innocents civils aient payé de leur vie, de leur intégrité physique, et d'atteintes à leurs biens, ces attaques ponctuelles et limitées.

Tout autre est la situation actuelle. Nous assistons à des coups au but dévastateurs et de plus en plus mortels, comme celui de Haïfa, ce matin, qui a touché un dépôt de trains de la gare de la ville côtière, tuant au moins huit employés, et faisant une vingtaine de blessés. Et cette fois, ce n’est plus aux Qassam que nous avons affaire, mais à des missiles de guerre de provenance soviétique et iranienne, dont la portée varie entre 30 et 150 km.

Certes, Tsahal n’est pas en reste et ses coups violents et dévastateurs pleuvent dru sur les bastions du Hezbollah, majoritairement situés dans les quartiers chiites de Beyrouth. Mais l’équilibre apparent du conflit n’est qu’un leurre. La différence capitale entre les "fous de Dieu" du Hezbollah et les militaires professionnels de l’armée de défense d’Israël, est que les premiers ont un mépris absolu pour la vie humaine, pas même de celle de leurs concitoyens, et ils ne respectent aucun tabou dans leurs pilonnages meurtriers de cibles israéliennes, l’Etat d’Israël, lui, respecte la vie et s’efforce d’épargner celle des civils.

Malheureusement, on le sait, le Hezbollah se terre et enterre ses dépôts d’armes et d’engins meurtriers en plein cœur de la population civile, et souvent même sous des immeubles d’habitation. Alors, les pilotes israéliens doivent, la mort dans l’âme, pilonner des cibles, qu’ils savent stratégiques, situées en zones urbaines, avec les conséquences que l'on sait. Et malgré les tracts et les avertissements de toutes sortes invitant la population civile à quitter ces lieux dangereux que l’aviation israélienne s’apprête à bombarder, beaucoup de ces pauvres gens ne veulent ou ne peuvent pas fuir.

Et les ennemis d’Israël se frottent les mains, avec une satisfaction diabolique. Le conflit israélo-arabe a ceci de spécifique, qu’il est le seul au monde où les pertes humaines et matérielles s’inscrivent comme autant de victoires pour le camp responsable de cet embrasement. Et une certaine presse excelle à jeter de l’huile sur le feu comme en témoigne ce bref reportage d’Euronews (aujourd'hui, vers 11h) sur les réactions des premiers ressortissants étrangers évacués du Liban :

''Les gens ne savent pas s’ils vont pouvoir s'enfuir, dit une ressortissante espagnole. Les ponts ont été détruits et en plus de ça, cet Américain, le président Bush, il dit que les Israéliens ont le droit de se défendre. Ils bombardent des enfants et personne ne dit rien.''

Inutile de préciser que ce n’est certainement pas la seule impression qu’ont recueillie les reporters d’Euronews. Mais, comme à leur habitude, ils ont choisi celle qui diabolise un Israël 'tueur d’enfants'.

C’est le moment de rappeler ce passage du prophète Isaïe (Is 14, 32):

« Que répondra-t-on aux messagers de cette nation ? Que L’Eternel a fondé Sion, et que les malheureux de son peuple s’y réfugieront. »

thiébaut

I haven't read all the comments yet but this :
"France has always been a very anti-Semite country"

this is just unacceptable.

thiébaut

"seulement 100 a 150 civils ont ete tues"

ça aussi c'est inacceptable

ouriel

i agree. France is not a very Anti Semite country. Not even an anti semite country at all. But France is a country where a lot of anti semitism (no need to hide this out) is present and where Israel is rarely understood and supported by public opinion

Alain

Je me suis peut etre mal exprime a propos des 100 a 150 civils.

Il est regrettable que 100 a 150 civils libanais aient ete tues mais ces civils sont utilises comme des boucliers humains par le Hezbollah.La responsabilite est donc entierement celle du Hezbollah.Israel est probablement l'armee la plus morale ou precise du monde.Les USA en Irak , par exemple,sont beaucoup moins attentifs aux pertes civiles du cote irakien bien que les Irakiens ne tirent pas des missiles sur le sol americain.

Je maintiens que dans ces conditions , il est extraordinaire queu'il n'y ait pour l'instant que 100 a 150 Libanais qui aient ete tues malgre 4000 sorties aeriennes.
Tsahal doit etre salue pour sa determination et sa precision.

Alain

Le fait de dire que la France est un pays antisemite n'est pas inacceptable.C'est une simplification de la realite.
La France n'est pas antisemite dans son ensemble mais il y a des problemes d'antisemitisme en France qui sont meme tres inquietants non seulement pour la communaute juive mais pour la communaute francaise dans son ensemble.
L'antisionisme est une forme d'antisemitisme.Marthin Luther King , il ya des dizaines d'annees deja le declarait publiquement.
C'est refuser a Israel ce qu'on accepte pour les autres.C'est faire des compraisons inacceptables avec des situations qui ne sont pas comparables.Israel a la morale avec elle.C'est l'une des raisons du fait qu'Israel a non seulement survecu aux guerres d'extermination menees contre elles mais est devenu une puissance economique et technologique de premier plan malgre la situation geopolitique.

Si une situation comparable existait contre tout autre etat dans le monde ,il n'y aurait pas 100 a 150 civils tues du cote libanais mais au moins 10 fois plus.

David

Voila une analyse dont je partage les vues.Si Israel suivait les conseils de la France ( et je precise bien la France car le monde libre dans son ensemble soutient Israel , la France un peu moins),le peuple juif aurait subi depuis belle lurette une deuxieme Shoah en moins de 50 ans.
Il faut se reveiller.


Mideast future at stake in north

Israeli weakness will threaten regional stability and scuttle chances of peace with moderate Arabs
Shaul Arieli

Even though the fighting has only raged five days in the north, we can tell both sides in which direction they must move in order to put out the fires.

The fighting in Lebanon gives the international community a chance to differentiate between the Israel's fight with Lebanon and that with the Palestinians. For Israel, it opens up the possibility that we can accomplish our goals in Gaza quickly and bring the fighting there to a quick finish. And it gives the Lebanese the opportunity to exert their sovereignty over the south of their country and to free themselves from the clutches of Iran and Syria.

Mistakes

On the way to a Lebanese 'nakba' / Moshe Elad

Nasrallah says he knows Israel 'better than anyone.' Here are 7 crucial mistakes he's made
Full Story



The Palestinians, too, must now decide in whose hands they wish to leave the key to their future.

Int'l community must back Israel

Even if France and Russia condemned Israel for its disproportional response, the Europeans and the United Nations – more than the United States – must continue to grant legitimacy to Israel, and support the use of the IDF in self-defense.

International hesitation or reluctance to do this will amount to withdrawing its recognition that Israel had complied with Security Council Resolution 425 by pulling our troops out of Lebanon.

Furthermore, it would grant recognition to the fact that Lebanon has failed to exert its sovereignty in the south of the country, and grant a stamp of approval to the fact that Lebanon has failed to comply with Security Council Resolution 1559, as well as legitimacy to organizations such as Hizbullah and Hamas to continue their fight from that area.

More than that, the international assurances offered to Israel during every negotiation session with Syria or the Palestinians would lose their meaning and weight with regard to the risks Israel will be willing to take upon itself in future.

Releasing Syria from any responsibility for a process that has Syrian fingerprints all over it (same thing for Iran) could force Israel to try to exact a higher price from Syria than a harmless IDF flyover of Bashar al-Assad's palace in Damascus, in a way that could broaden the conflict into a regional one.

Iran, Syria run the show

The orders coming from Damascus make a joke out of Lebanese aspirations, with UN backing, to take control for their future, even if Assad's army has physically left the country.

And even more serious: Through Hizbullah, Iran and Syria have successfully set the regional agenda and prevented processes that could bring an end to the Israeli-Palestinian conflict.

Chance for change

Israel must make the northern front its main focus, because at the moment it is only there that there is a real chance for long-term change.

Israel must seize the opportunity and weaken the connection between Hamas and Hizbullah, using mediation to bring about calm in Gaza, in the form of a package deal to include the release of Gilad Shalit, a future release of Palestinian prisoners (as agreed by Prime Minister Olmert and Mahmoud Abbas before the current crisis), a total cessation of Qassam rocket fire, and a halt to targeted assassinations of all Palestinians abiding by the cease-fire.

Focusing on the northern front will allow Israel to avoid failing on a front that Israel cannot complete with its hands in its pockets. The result of that would be a strong tremor throughout the Arab world with regard to future relations with Israel.

Supporting Arab moderates

Destroying Hizbuallah's military presence along the international border will push Nasrallah's finger off the trigger of the gun he keeps pointed at Israel and at Lebanon, but even more important – it will prevent those Arabs in favor of compromise with Israel – namely Egypt and Jordan – from apologizing for their peace treaties.

The violent lesson Nasrallah forced on a Lebanese government that wants to rebuild the country must teach that Lebanon cannot demand Israel respect the sovereignty of a region that Lebanon itself has refused to assume sovereignty over, either militarily or civilly.

Stronger international support for the Lebanese government could push it to deploy forces to the south, in order to remove the need for Israel to return.

Palestinian lessons

The Palestinians should also learn this lesson, both with regard to their own desire for sovereignty – which Damascus has taken out of the hands of Gaza and Ramallah – and with regard to staging anti-Israel operations from territories transferred to their control.

The strategic importance of Operation Just Reward is far greater than previous operations such as the 1996 Grapes of Wrath. It is even greater than Operation Summer Rains down in Gaza.


This is a fight for the future of the peace and compromise process between Israel and moderate elements in the Arab world. The success of Nasrallah and Ahmadinejad, who call for Israel's destruction at any price, will call into question the region's stability. That stability rests on Israel's military superiority and Arab peace agreements with Israel.

It will bring about a return to the type of violence we used to have. The international community and Israel must choose actions that will prevent this before this operation becomes a full-fledged war. Even if the moderates win such a war, it will take years to repair all the damage.

Brig. Gen. (res.) Shaul Arieli is a member of the National Council for Peace and Security


anonyme

Israel est un état terroriste, soutenu par les états-unis, un autre état terroriste. c'est d'ailleurs rigolo à quel point les israeliens font une désinformation poussée et grotesque à propos de tout ce qui touche ce qu'ils font aux peuples qui les entourent. Ils ont honte, et on les comprend, d'écraser ces peuples qui luttent simplement pour leur survie. Et ce n'est pas en faisant toujours plus la guerre et plus de souffrances qu'ils regleront le probleme.
Mais avec des partis d'extreme droite et des extremistes religieux, ils ont trouvé en face les memes qu'eux. Cela ne peut que mal se passer, assurément :-)

Yom

> Paul said :
> Sans la moindre provocation de sa part, Israël a subi une attaque transfrontalière en provenance du territoire libanais.

Le soldat israélien n'a t'il pas été enlevé en territoire Libanais ??

> L’attaque a été perpétrée par le Hezbollah, qui fait partie du Gouvernement du Liban.
Faux, renseigne toi (beaucoup !!) avant d'ecrire des betises de la sorte !

The comments to this entry are closed.